Comment entretenir sa vaisselle
  1. Je vous conseille de laver votre vaisselle en bois rapidement après la fin du repas. Vous pouvez utiliser de l’eau chaude et du produit vaisselle avec une éponge verte si besoin.
  2. Puis faites-la sécher avec un torchon ou posez-la sur un égouttoir.
  3. Pour prolonger la durée de vie de l’objet quand vous l’utilisez pour les repas, huilez le régulièrement avec une huile alimentaire de votre cuisine : l’huile de colza est la meilleure pour le bois, sinon celle de tournesol, pépin de raisin, sésame…

Pour éviter au maximum les déformations, les fentes et les rayures, est interdit :

  • le lave-vaisselle
  • le micro-ondes
  • le trempage prolongé dans l’eau
  • le chaud-froid brutal
  • le couteau à dents

A noter que certains aliments peuvent tâcher le bois si ils sont en contact prolongé (betterave, fruits rouges, curcuma etc.).

Assurez-vous de rincer rapidement après usage.

A l'atelier

Je tourne le bois dans un petit atelier de 10m², aménagé comme un petit bateau pour optimiser le moindre espace…

Mon tour est un Magma 175-FU, un tour d’établi de bonne qualité avec un variateur électronique. Il me permet de tourner des pièces à 32 cm de diamètre maximum. Il est beaucoup plus limité en longueur de banc, ainsi qu’en poids. Idéal pour pour la vaisselle de petite et moyenne taille, mais pas pour les gros saladiers !

Mon outil principal est la gouge à creuser affutée comme une gouge à profiler. Je réalise avec toute ma production de tournage en l’air.

Bien que petit mon atelier reste ouvert sur RDV à toute personne curieuse de voir évoluer un tourneur sur bois.

Lors des visites, j’explique toutes les étapes de la fabrication, du choix et de la préparation du bois en ébauches, jusqu’au tournage et à la finition. Mes démonstrations restent limitées, et dépendent du nombre de personnes dans l’atelier. Un tourneur qui travaille, c’est du bruit et de la poussière !

Le bois

Les bois que j’utilise pour la vaisselle font partie de ceux autorisés pour les contacts alimentaires selon les textes en vigueur.

A savoir : le frêne, le châtaignier, le hêtre, le platane, le noyer.

Pour la vaisselle j’utilise principalement du frêne. C’est un bois dur et nerveux, résistant à l’eau, et qui offre une grande variété de beaux veinages. Il est en outre disponible chez les fournisseurs en plusieurs épaisseurs (de 27 à 100mm) et est tout à fait adapté à mes besoins professionnels. Dans certains grands arbres, le coeur peut être « olivier », c’est-à-dire foncé, offrant un beau contraste avec le veinage  plus clair de la périphérie. C’est un bois que j’aime utiliser pour mes créations.

Je trouve parfois du platane, un bois au grain fin et au veinage original, ainsi que du châtaignier, bois blond et tendre. J’aime tourner également le bois noble du noyer, mais il  est plus rare et bien plus cher.

Le traitement que j’utilise pour protéger et embellir mes pièces est 100% naturel. A partir de recettes de collègues tourneurs, j’ai crée une pâte de finition à base de cire d’abeille, de cire de carnauba, d’huile de colza et de noix. J’applique cette couche sur la pièce achevée, puis je polis avec un chiffon doux, le tour en rotation rapide. La pâte a pénétré le bois et lui offre une couche de protection et un brillant intéressant pour mettre en valeur le veinage.